Monthly Archives: septembre 2013

Rejoignez-nous !

Rejoignez-nous !

Nous en sommes au tout début du projet, à la constitution du groupe donc vous êtes les bienvenu(e)s !

Que vous soyez célibataire, en couple ou en famille, jeune ou moins jeune, association, entreprise ou collectivité, que cela soit dans l’optique d’y vivre ou d’y travailler, faisons connaissance. Toutes les personnes motivées par le vivre ensemble et partageant nos valeurs sont chaleureusement les bienvenues.

Profitez-en, vous aurez encore le choix entre maison passive neuves ou appartements passifs rénovés, et des surfaces allant du studio à 160 m² pour les familles.

Pour une première prise de contact, ou pour rencontrer le groupe, Aurélia est joignable au 06 88 04 69 67 ou par email aurelia.greff[at]yahoo.fr (pensez à remplacer [at] par @).

Intéressé(e) par l’habitat groupé ?

Pour toute demande d’informations sur l’habitat groupé en général, vous pouvez vous tourner vers le réseau Habitat Groupé www.habitatgroupe.org ou contacter Anne-Françoise : af.gay[at]wanadoo.fr (pensez à remplacer [at] par @)

Indépendance alimentaire

Indépendance alimentaire

L’équivalence indépendance alimentaire

La mise à disposition des 4000m² de jardins et vergers à une AMAP ou un agriculteur biologique devrait permettre la fourniture de l’équivalence alimentaire d’une trentaine de personnes, soit la consommation des habitants de la Bariole. Un exploitant est déjà intéressé, et a fait une proposition de partenariat.

Elle permettra aussi de nouer un lien privilégié avec l’exploitant (création de lien social), de redonner vie à une parcelle aujourd’hui à l’abandon, de créer un emploi, de s’affranchir d’une partie des achats en supermarché…

Le contrat d’exploitation du jardin comprendrait la fourniture de paniers bio hebdomadaires aux habitants du domaine.

Ce service serait inclus dans les charges de copropriété ou les contrats de location de chaque lot de la copropriété.

Ainsi, l’écoulement de la production de l’exploitant est assurée et profite aux occupants qui, eux, bénéficient du meilleur tarif et des meilleurs produits en approvisionnement sain, durable et local.

La possibilité de réserver une partie du jardin ou du parc aux personnes désireuses de cultiver leur propre parcelle est à mettre à la liste des points à régler de façon participative.

Cette ressource correspond aux aspirations des néo-ruraux ou des personnes âgées qui recherchent ce genre de services, mais n’ont pas la possibilité, le savoir-faire ou le temps de s’en occuper.

La ville d’Andrézieux s’est déjà lancée dans le développement d’un jardin BIO pour la fourniture de ses cantines scolaires et soutient la démarche.

Vue du jardin et du verger

Indépendance énergétique

Indépendance énergétique

Même avec le meilleure volonté du monde, arriver à cet objectif ne pourra pas se faire immédiatement. La transition s’étalera sur plusieurs années à cause notamment des investissements qu’elle représente. Mais à terme c’est possible !

Dans une société où le prix de l’énergie augmente de plus de 10% par an, s’affranchir de cette hausse n’est pas seulement un soulagement pour le porte-monnaie, mais une réelle satisfaction de ne plus subir l’inexorable avancée vers une impasse énergétique.

En ce qui concerne l’habitat, la très haute performance énergétique est facile à mettre en œuvre. De nombreux aspects sont d’ores et déjà matures, économiquement viables et directement applicables.

C’est pourquoi le projet prévoit la construction de bâtiments passifs, pour une division par 7 de la consommation d’énergie par rapport aux bâtiments actuels « BBC ».

Un bâtiment passif, c’est un confort inégalé – hiver comme été – et des charges très réduites grâce à :

  • L’optimisation des apports en énergie solaire pour le confort thermique des bâtiments et pour l’eau chaude sanitaire ;
  • L’isolation renforcée (matériaux sains et écologiques) ;
  • L’étanchéité à l’air.

Pour le reste, tout est à définir ensemble :

  • Récupération de chaleur d’eau chaude sanitaire par procédé powerpipe ?
  • Récupération d’énergie éolienne par l’installation de micro-éoliennes ?
  • Génération d’électricité par l’installation de panneaux photovoltaïques sur les toits du parking et/ou des habitations ?
  • Génération de  biogaz par le compostage et la méthanisation des déchets organiques ?
  • Utilisation de la biomasse générée par les végétaux présents dans le parc et le verger ?
  • etc…

Ces solutions feront l’objet de discussions entre les membres du groupe et chacun pourra exprimer sa vision, sa volonté, ses idées pour arriver à l’objectif.

 

En ce qui concerne les transport, l’accès aux mobilités douces (vélos, vélos électriques, train, futur tramway…) et la mise ne place d’une flotte de véhicules partagés – à terme électriques et hybrides – permettra aussi de s’affranchir en grande partie de la consommation de carburant, et donc des fluctuations du prix de l’essence… :-)

Indépendance en eau

Indépendance en eau

Les difficultés futures d’approvisionnement en eau peuvent être minimisées par la réduction intelligente des besoins en alimentation hydraulique et les ressources du domaine.

Parmi les moyens à notre disposition figurent :

  • La gestion économe de l’eau
  • Le recyclage
  • La récupération des eaux de pluie
  • L’utilisation du puits
  • Le pompage de l’eau du furan
  • la tarification progressive de la consommation de chaque foyer
  • etc.

Un des grands avantages du domaine de la Bariole, est que les remarquables systèmes de gestion de l’eau mis en place en 1900 sont toujours existants !

Le plus spectaculaire est certainement la citerne d’eau est située en haut de la tour.

Vue de la  façade Sud, avec le réservoir d’eau au sommet de la tour.

Cette citerne est alimentée par une pompe située dans le jardin.

L’eau était puisée depuis la rivière « Le Furan » à travers un drain + filtre sable de 20m de longueur. Non potable mais parfaitement propre, cette eau était ensuite redistribuée dans la totalité de la propriété pour l’arrosage du parc et du jardin par un système de canalisations encore en place, mais à réhabiliter.

Selon les décisions du groupe, cette installation pourra reprendre du service et répondre aux besoins en eau non potable de la Bariole : lave-linge, toilettes, jardin…

 

Un autre gros atout de la propriété concerne sa possibilité d’utiliser un forage d’eau potable !

 

 

En effet, un puits situé au cœur de la propriété était utilisé jusque dans les années 1970 pour alimenter les habitants en eau potable (jusqu’à ce qu’il devienne obligatoire de se connecter au réseau d’eau urbain).

 

Ce puits de 15m de profondeur est toujours existant et accessible.

 

 

 

L’eau du puits était pompée dans un réservoir situé au 3è étage de la propriété, puis redistribuée dans l’immeuble.

Ce système pourrait être réhabilité (avec toutes les précautions nécessaires : sanitaires, légales…).

Ce point fait partie des questions à analyser de façon participative.

En tout cas, nous avons de quoi être rassurés face aux futurs aléas d’approvisionnement en or bleu

Pourquoi ?

Pourquoi ?

Parce que nos instances actuelles (politiques, économiques, sociales…) sont frileuses et ne proposent pas ce type d’habitat ;

Parce qu’on ne s’y retrouve pas dans le modèle pavillonnaire (dépendance énergétique, voiture personnelle à usage exclusif obligatoire, coupure des liens sociaux, isolement, étalement urbain…) ;

Parce que tous les programmes immobiliers promettent la lune, mais servent surtout à enrichir ceux qui les conçoivent au détriment de la qualité de vie, de l’environnement, des relations sociales.

A la Bariole nous vous proposons :

  • d’appliquer des solutions vraiment durables ;
  • de montrer qu’elles sont économiquement intéressantes ;
  • de montrer qu’on vit mieux en les appliquant ;
  • de faire vivre des modèles en rupture avec le conformisme actuel ;
  • de devenir un ambassadeur de la transition énergétique, écologique et sociale que nous désirons ;
  • de partager le plaisir de vivre ensemble, autrement.

D’un autre côté, nous avons conscience que nous ne  pourrons pas continuer à surconsommer, s’isoler et se couper de la nature de la façon dont on l’a fait depuis une cinquantaine d’années. Et que ceux qui ne s’y seront pas préparés subiront de plein fouet les crises économiques, écologiques, démographiques et sociales qui se préparent.

A la Bariole, nous voulons nous donner les moyens d’augmenter notre résilience face à ce futur qui pourrait faire peur, mais qui est plein de promesses pour qui aura su l’anticiper et en tirer les bons aspects.

Alors, vous venez tenter l’aventure avec nous ? Rejoignez-nous !

Histoire du lieu

Histoire du lieu

Le domaine de la Bariole abrite un bâtiment atypique : une villa de style art déco construite par la famille Tyrode en 1905.

Cette famille a fait fortune dans le commerce de rubans et dentelles jusque dans les « années folles ». Installés en bord de Loire, Les Tyrode profitent alors de la douceur de vivre propre à cet emplacement. Ils y possèdent plusieurs propriétés, dont l’une est devenue l’actuelle mairie d’Andrézieux.

La dernière propriété qu’ils aient fait construire est celle qu’ils ont voulu « la plus belle et la plus fonctionnelle » : c’est la villa qui se situe sur le domaine de la Bariole.

Cette villa a été rachetée en 1953 par M. et Mme Emile et Paulette PERRET, artisans et commerçants à Andrézieux.

Ils l’ont occupée depuis 1954 et y ont installé un atelier pour y fabriquer couvertures et linge de maison. Ils y ont eu 3 enfants, qui eux-mêmes ont eu 9 petits-enfants…

En 2012, la villa se retrouve vide d’occupant. Les héritiers de la famille PERRET souhaitent alors la mettre en vente.

Deux des héritiers de cette propriété, Sylvain et Luc PERRET, et Aurélia, compagne de Sylvain, étudient le devenir du bien :

  • Aurélia souhaite par-dessus tout vivre en harmonie avec son environnement, son entourage, et mutualiser certains moyens.
  • Sylvain est intéressé par l’écologie et l’habitat coopératif, qui ajoute à la revalorisation du domaine des valeurs de partage, de lien social, de mixité, d’urbanisme, de qualité de vie et d’usages.
  • Luc est architecte professionnel de l’habitat écologique et de la construction durable depuis 2005.

Ensemble ils se mobilisent pour donner une nouvelle vie à ce domaine, qui présente un potentiel incroyable en termes d’urbanisme, d’éco-habitat et de mode de vie durable et sain.

La nécessité de s’entourer de professionnels apparaît vite afin de financer, développer et accompagner ce projet, pour le mener vers une nouvelle forme d’habitat coopératif et écologique.

Autre point marquant de l’histoire du site : le chemin de la Bariole, qui marque la limite entre le parc et le jardin potager, fut le lieu de passage de la première ligne de chemin de fer français inaugurée en 1826 !

 Carte du premier chemin de fer de Saint-Étienne à Andrézieux – 1837

Détail du tracé

Pourquoi faire ?

Pourquoi faire ?

Ce qui manque aujourd’hui à ceux qui souhaitent vraiment d’exprimer leurs convictions écologiques, c’est le contexte pour y arriver…

A la Bariole, nous souhaitons mettre en place ce que les autres n’osent pas : la transition écologique.  Et nous avons un atout extraordinaire pour ce faire, car le domaine nous en donne l’opportunité.

Parce qu’il faut viser haut, parce qu’il faut voir loin, et parce que nous pensons qu’ils est réalisable, nous avons défini un objectif ambitieux : la triple autonomie.

Celle-ci est possible dans les domaines de :

Avec vous, nous pouvons inscrire dès maintenant la Bariole dans la transition écologique. Ne ratons pas cette chance !

Pour cela, l’essentiel sera de ne pas nous arrêter au premier obstacle…

Détermination, conviction et esprit visionnaire. Voilà la recette du succès.

 

Quoi ?

Quoi ?

Un lieu d’exception

Le domaine de 13.300m² est constitué d’une grande parcelle arborée et d’un jardin le long de la rivière Furan :

  • Maison principale (style néoclassique en béton et brique) sur 5 niveaux et sous-sol avec des toitures complexes en ardoise et un château d’eau intégré ;
  • Aménagement de 7 parcelles individuelles pour maisons neuves ;
  • Ensemble de serres vitrées 70m² et hangars 120m² en maçonnerie avec un appartement T2 à l’étage (+ cave champignonnière) ;
  • Parc arboré de 35 cèdres bleus centenaires et zones boisées (buis, bambous, fruitiers et arbustes) ;
  • Jardin potager mis en culture (maraicher bio / permaculture)

Les habitations et espaces professionnels envisagés

Ce schéma présente l’aménagement envisagé du terrain, en fonction de l’existant et des possibilités de construction.

La maison à réhabiliter

Elle pourrait l’être selon le découpage suivant (modulable) :

  • Sous-sol : 230m² ventilés et éclairés en lumière naturelle – utilisable pour buanderie commune, ateliers, stockage du matériel commun (outils de jardin par exemple) ;
  • Rez de Chaussée : 228 m² divisibles pour bureaux et/ou professions libérales (à partir de 25m²) et/ou appartements et notre grande salle commune ;
  • 1er étage : un appartement de 70 m² + 29m² terrasse (réservé) et un appartement de 79 m² ;
  • 2ème étage : un appartement de 116 m² + terrasse panoramique de 23m² (modification possible pour en faire deux appartements de 70 et 46m² par ex) et un studio de 26 m² ;
  • 3 et 4ème étage : un appartement duplex de 80m² sous combles + 36m² terrasse (réservé).

Les maisons à construire

Ces maisons peuvent être d’une surface variable, de 80 à 140m².  Chacun pourra concevoir et aménager son espace privatif et sa maison comme bon lui semble, dans le respect des valeurs et de la cohérence globale du projet assuré par l’architecte.

Les espaces/services communs

Une grande partie des espaces communs ont fait l’objet de validation au sein du groupe :

  • Salle commune pour activités en tout genre, soirées… avec espace cuisine et un coin bibliothèque ;
  • Buanderie ;
  • Atelier ;
  • Cave commune ;
  • Parc ;
  • Abris vélo ;
  • Autopartage.

D’autres choses sont envisagées, telles qu’un four à pain ou une cabane dans les arbres.

L’architecte

Nous avons fait le choix de travailler avec l’architecte Luc Perret de EcoArchi, qui est un regroupement de compétences autour de l’architecture contemporaine, respectueuse de l’environnement et responsable du bien-être de ses habitants.
Vous trouverez plus d’information sur le site internet www.ecoarchi.fr

 

Combien ?

Combien ?

Objectif : un budget à coûts maîtrisés (en cours de finalisation)

L’acquisition d’une parcelle viabilisée maison passive est possible à partir de 79.000€, offrant un niveau de prestations, de services et de qualité inégalé : parc de 6400m², jardin bio, salle commune, buanderie, accès à l’autopartage, paniers bios, très faibles consommations, etc.

Pour le château rénové, la cible est 2000€/m2 pour les plateaux rénovés passifs incluant : isolation écologique, eau chaude sanitaire solaire, VMC double flux haute perfo, triple vitrage, etc.
L’accès aux dispositifs fiscaux avantageux (TVA à 7%, PTZ, dispositifs Duflot…) reste à étudier.

Le volume du projet, la cohérence des systèmes constructifs et le séquencement du programme complet permet de baisser les prix de façon importante, tout en assurant aux entreprises des marchés intéressants, en sécurisant leurs approvisionnements et la qualité de leurs réalisations (maîtrise d’ouvrage assurée).
Ainsi nous avons les meilleures prestations au meilleur coût, sans étrangler les fournisseurs et en subir les aléas et désagréments (chantiers bâclés, faillites, ouvriers sous-qualifiés, conditions de travail inacceptables, recours à la main d’œuvre illégale, etc.).

Une partie des travaux pourra être réalisée en auto-construction pour diminuer encore le coût.

Où ?

Où ?

Le domaine est situé sur la commune d’Andrézieux-Bouthéon, dans le département de la Loire (région Rhône-Alpes).

A proximité de grandes villes et très accessible

La propriété est desservie par les réseaux ferrés (gare SNCF), routiers (échangeur autoroutier A72 et réseaux bus intenses), aérien (10 minutes de l’aéroport de St Etienne), et même fluvial (200m de la Loire).
Le TER St-Etienne – Andrézieux – Clermont Ferrand propose 13 dessertes par jour dans les deux sens en 2013 :

  • St Etienne en 15 min (gare TGV)
  • Lyon en 1h09
  • Clermont Ferrand en 1h50

Elle est aussi desservie par les autocars TIL et le réseau stéphanois STAS pour les déplacements vers les communes autour d’Andrézieux.

Elle est à 12km du parc naturel régional du Pilat et proche du Parc naturel Livradois-Forez.


View Larger Map

A deux pas du centre-ville et de toutes les commodités

Située à seulement 200m du centre-ville et 100m de la gare SNCF d’Andrézieux Bouthéon, la propriété bénéficie des avantages d’une zone résidentielle calme et verte en cœur de ville. Aucune construction haute, aucune gêne paysagère ou activité industrielle ne nuit à la tranquillité de résidence.

La proximité immédiate des écoles (maternelle, primaire, collège et lycée), des commerces (boulangeries, superettes, restaurants…), des services (poste, banques…), des terrains de sport, du centre socio-culturel, du théâtre, de la mairie, etc. permet un mode de vie durable, sans oublier les 142 associations participant à la vie de la commune et de ses habitants.

En savoir plus sur la ville d’Andrézieux-Bouthéon.