Indépendance alimentaire

Indépendance alimentaire

L’équivalence indépendance alimentaire

La mise à disposition des 4000m² de jardins et vergers à une AMAP ou un agriculteur biologique devrait permettre la fourniture de l’équivalence alimentaire d’une trentaine de personnes, soit la consommation des habitants de la Bariole. Un exploitant est déjà intéressé, et a fait une proposition de partenariat.

Elle permettra aussi de nouer un lien privilégié avec l’exploitant (création de lien social), de redonner vie à une parcelle aujourd’hui à l’abandon, de créer un emploi, de s’affranchir d’une partie des achats en supermarché…

Le contrat d’exploitation du jardin comprendrait la fourniture de paniers bio hebdomadaires aux habitants du domaine.

Ce service serait inclus dans les charges de copropriété ou les contrats de location de chaque lot de la copropriété.

Ainsi, l’écoulement de la production de l’exploitant est assurée et profite aux occupants qui, eux, bénéficient du meilleur tarif et des meilleurs produits en approvisionnement sain, durable et local.

La possibilité de réserver une partie du jardin ou du parc aux personnes désireuses de cultiver leur propre parcelle est à mettre à la liste des points à régler de façon participative.

Cette ressource correspond aux aspirations des néo-ruraux ou des personnes âgées qui recherchent ce genre de services, mais n’ont pas la possibilité, le savoir-faire ou le temps de s’en occuper.

La ville d’Andrézieux s’est déjà lancée dans le développement d’un jardin BIO pour la fourniture de ses cantines scolaires et soutient la démarche.

Vue du jardin et du verger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *