Histoire du lieu

Histoire du lieu

Le domaine de la Bariole abrite un bâtiment atypique : une villa de style art déco construite par la famille Tyrode en 1905.

Cette famille a fait fortune dans le commerce de rubans et dentelles jusque dans les « années folles ». Installés en bord de Loire, Les Tyrode profitent alors de la douceur de vivre propre à cet emplacement. Ils y possèdent plusieurs propriétés, dont l’une est devenue l’actuelle mairie d’Andrézieux.

La dernière propriété qu’ils aient fait construire est celle qu’ils ont voulu « la plus belle et la plus fonctionnelle » : c’est la villa qui se situe sur le domaine de la Bariole.

Cette villa a été rachetée en 1953 par M. et Mme Emile et Paulette PERRET, artisans et commerçants à Andrézieux.

Ils l’ont occupée depuis 1954 et y ont installé un atelier pour y fabriquer couvertures et linge de maison. Ils y ont eu 3 enfants, qui eux-mêmes ont eu 9 petits-enfants…

En 2012, la villa se retrouve vide d’occupant. Les héritiers de la famille PERRET souhaitent alors la mettre en vente.

Deux des héritiers de cette propriété, Sylvain et Luc PERRET, et Aurélia, compagne de Sylvain, étudient le devenir du bien :

  • Aurélia souhaite par-dessus tout vivre en harmonie avec son environnement, son entourage, et mutualiser certains moyens.
  • Sylvain est intéressé par l’écologie et l’habitat coopératif, qui ajoute à la revalorisation du domaine des valeurs de partage, de lien social, de mixité, d’urbanisme, de qualité de vie et d’usages.
  • Luc est architecte professionnel de l’habitat écologique et de la construction durable depuis 2005.

Ensemble ils se mobilisent pour donner une nouvelle vie à ce domaine, qui présente un potentiel incroyable en termes d’urbanisme, d’éco-habitat et de mode de vie durable et sain.

La nécessité de s’entourer de professionnels apparaît vite afin de financer, développer et accompagner ce projet, pour le mener vers une nouvelle forme d’habitat coopératif et écologique.

Autre point marquant de l’histoire du site : le chemin de la Bariole, qui marque la limite entre le parc et le jardin potager, fut le lieu de passage de la première ligne de chemin de fer français inaugurée en 1826 !

 Carte du premier chemin de fer de Saint-Étienne à Andrézieux – 1837

Détail du tracé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *